Fantastik 1

Il n'en fallait pas plus dans l'intitulé pour me faire très très très envie. Et puis il me restait de la purée de fruit de la passion ainsi qu'un filet d'oranges bios.

Oui, parce que, évidemment, j'ai acheté le nouveau livre de Christophe Michalak le Masterbook (et aussi Sensations Choux de Philippe Conticini...). 

Je m'aperçois que je suis sociologiquement entraînée, malgré moi, dans cette mode très actuelle de la pâtisserie et des pâtissiers stars, alors même que je ne connais leur existence que grâce à la blogosphère. Absolument tout le monde me dit : "vu que tu aimes tant la pâtisserie, tu dois adorer les émissions du "meilleur top du chef pâtissier" sur France 6 ". Ben en fait, non. Parce que j'ai pô la télé. Donc Christophe, Pierre, Philippe et les autres, je ne les ai vu qu'en photo, jamais en mode parlant et animé. Et dès que je suis chez des gens qui ont la télé, je me dis que je suis HEUREUSE de ne pas avoir toutes ces conneries bêtises sous mes yeux au quotidien. En plus une télé, c'est moche dans le salon (ou dans n'importe quelle pièce). Or, ma philosophie de vie, inspirée de celle de Théophile Gautier, est que RIEN DE CE QUI EST LAID N'EST UTILE À LA VIE (TG ne l'a pas vraiment formulé comme cela, mais c'est ainsi que je le comprends et que je l'applique). Pas pratique au quotidient me direz-vous, mais enfin ce n'est pas le but.

Tout cela pour dire que même quand, en n'ayant pas de télévision, c'est-à-dire en voulant désobéir aux diktats de la société, on n'est jamais totalement libre. En effet, je me laisse prendre par la mode de la pâtisserie, et pas qu'un peu : j'achète Fou de pâtisserie tous les deux mois, je file chez Mercotte tous les mercredis, je cours à la Pâtisserie des rêve (parce que c'est ma préférée) entre deux trains quand je passe par Paris pour aller Amsterdam et j'en passe. Mais ici, j'apposerai deux remarques :

1. J'ai toujours adoré les gâteaux, "gâteau" était mon premier mot. Donc on prend bien ce qui nous arrange dans la mode du moment. Par exemple, je n'adopterai probablement jamais la mode de ces immondes chaussures que sont les Huggs (pas très en phase avec ma philosophie de vie énoncée ci-dessus)

2. Le fait de ne pas avoir la télé résulte aussi d'une sorte de mode : "je suis libre de mes pensées et je ne me laisse pas atteindre par la télévision". Car si je réfléchis bien, parmi mes amis, 9 personnes sur 10 n'ont pas la télé non plus. En est-t-on réellement grandi ? Est-ce une garantie d'intelligence ? Je n'en suis finalement pas si sûre, d'autant plus que maintenant, l'écran est celui de l'ordinateur. En tout cas je gagne pas mal de temps et je lis beaucoup plus (pas que des livres de cuisine, de la littérature aussi).

Revenons à l'essence même de la vie : les gâteaux !!!

Bon et bien celui-ci est vraiment très bon. Aucune difficulté majeure, juste un peu d'organisation. J'ai fait la recette de Christophe Michalak tout pareil qu'il a dit, sauf : 

  • j'ai réduit la quantité de gélatine dans la crème au fruit de la passion, car elle me paraissait énoooooorme. et bien la prochaine fois, je réduirai encore davantage la quantité de gélatine, car c'était encore trop à mon goût, et la crème se tiendra très bien malgré tout (je pense qu'il y a une erreur dans la recette du livre).
  • Je mettrai un tout petit peu plus de levure chimique dans le biscuit pour qu'il soit un tout petit peu moins compact (mais là, c'est un détail et une perception subjective non partagée par les autres convives).
  • Je n'ai pas passé la crème au mixeur plongeant, car quand on fait de la crème en petite quantité, si on met son mixeur plongeant dedans, on perd la moitié de la crème. Ceci dit, il est évident que la crème au fruit de la passion aurait gagné en onctuosité si elle avait été mixée. Solution pour la prochaine fois : faire plus de crème, la mixer, en congeler la partie non immédiatement utilisée.
  • Surtout, ne zappez pas les quartiers d'orange pelées à vif sur le dessus de votre fantastik (même si il est long et fastidieux d'en couper les "suprêmes". C'est l'Hommananette qui s'en est chargé, on a frôlé la scène de ménage puisque "je suis certain que les pâtissiers ont accès à des variétés d'oranges non connues du grand public qui ont de très gros quartiers et sont plus facile à éplucher"), elles sont indispensables à l'équilibre du dessert. Plus il y en a, meilleur c'est, je dirais.

Fantastik 2

Ingrédients

(pour quatre personnes normales ou six becs salés)

Crème onctueuse passion gingembre à préparer la veille (seul souci, on n'a pas senti le gingembre)

- 85g. de purée de fruits de la passion

- 8g. de gélatine en feuille (c'est là que j'en ai mis 4g. et que je pense qu'on peut n'en mettre que 2g., soit une seule feuille de gélatine)

-20g. de gingembre frais

- 50g. de sucre semoule

- 50g. de sucre semoule (cassonade pour moi)

- 100g. d'oeufs 

- 70g. de beurre

Pâte sablée

- 90g. de beurre mou

- 35g. de sucre glace

- 1g. de fleur de sel

- 80g. de farine

Biscuit citron

- 50g. d'oeufs

- 80g. de sucre semoule

- le zeste d'un citron jaune (non traité ou bio)

- 40g. de crème fraîche épaisse

- 20g. d'huile d'olive

- 60g. de farine

-1g. de levure chimique

Punch citron jaune

- 100g. d'eau

- 50g. de sucre

- le zeste d'un citron jaune

- 50g. de jus de citron jaune

Compotée d'orange

- 4 oranges

- 1 c.s. de marmelade d'orange (je n'en ai pas mis)

 

Préparation

Crème onctueuse passion gingembre (à préparer la veille)

-  Mettez la gélatine à tremper dans de l'eau froide au réfrigérateur. Épluchez le gingembre, coupez-le en petites lanières. Chauffez la purée de fruit de la passion avec le gingembre jusqu'à ébullition dans une casserole. Coupez le feu et laissez infuser cinq minutes. Retirez le gingembre.

- Fouettez le sucre avec les oeufs puis ajoutez-les à la purée de fruit de la passion. Faites cuire dans une casserole jusqu'à ébullition, puis ajoutez la gélatine essorée hors du feu. Fouettez.

- Laissez refroidir le mélange à 40°C, puis incorporez le beurre en petits morceaux. Fouettez jusqu'à ce qu'il soit fondu. Mixez à l'aide d'un mixeur plongeant. Filmez au contact, laissez refroidir puis placez au frigo jusqu'au lendemain.

Pâte sablée

- Préchauffez le four à 180°C (chez moi, c'est plutôt 170). Mélangez la farine et le sucre glace. Tamisez-les pour qu'il n'y ait pas de grumeaux. Mélangez-les avec le beurre mou et la fleur de sel à l'aide d'une cuillère à soupe.

- Placez un disque de papier sulfurisé au fond d'un moule de 18cm de diamètre puis étalez la pâte dans le moule. Lissez. Faites cuire 8 min au four (ou plutôt, mettez au four et surveillez, puisque ça dépend des fours).

Biscuit citron

- Baissez la température du four à 170°C (Donc chez moi, je l'ai plutôt baissée à 160°C). 

- Faites blanchir l'oeuf, le sucre semoule et le zeste de citron dans un batteur muni d'un fouet jusqu'à ce que le mélange double de volume, puis ajoutez la crème épaisse. Mélangez et tamisez la farine avec la levure chimique et ajoutez-les. Puis incorporez l'huile d'olive. 

- Etalez la préparation sur le fond de pâte sablée resté dans le moule et faites cuire 15 min, jusqu'à obtenir une coloration blonde. Lorsque le biscuit est tiédi, démoulez.

Punch citron jaune

- Faites bouillir l'eau avec le sucre semoule, ajoutez le zeste et le jus de citron puis punchez le biscuit tiède démoulé avec un pinceau. Il faut qu'il soit vraiment bien imbibé.

Compotée d'oranges

- Pelez les oranges à vif et levez les suprêmes (c'est long, fastidieux, on en met partout mais ça vaut le coup).

- Si vous avez décidé de les mélanger à la marmelade, faites-le !

Dressage

- Sortez la crème passion du réfrigérateur et placez-la dans une poche à douille (douille lisse pour Christophe, douille cannelée pour moi). Formez des petits dômes de crème sur tout le biscuit. 

- Placez par dessus les suprêmes d'orange et dégustez.